Poly galerie

AGENDA


   A VOS AGENDAS

Annulation du spectacle de l'Atelier théâtre

des

1er , 2 et 3 juillet 2016

Avec toutes nos excuses pour ce contretemps

 

 


 

DISCOURS DU PRESIDENT DE POLYCHROMES APRES LE MASSACRE D’ORLANDO*

 

Il y a maintenant près d’une semaine, un homme est entré, lourdement armé dans une boite de nuit gay, à Orlando, et y a massacré, le mot n’est pas trop fort, quarante neuf personnes présentes et en a blessé autant. Ces hommes et ces femmes ont été victimes d’un crime contre la communauté LGBTQI. Ils et elles sont mort-e-s parce qu’elles vivaient pleinement pendant cette soirée leurs amours, leurs amitiés, leurs joies de vivre, leurs libertés. La négation, dans de nombreux titres de presse, du caractère LGBTphobe de ce crime est insupportable. Le silence assourdissant de bien des autorités étatiques ou associatives a été une insulte de plus faite à ces mort-e-s. Les propos honteux de certain-e-s responsables religieux ou politiques se félicitant de ce massacre estimant que cela faisait autant de pervers-e-s de moins est indigne d’une société qui se veut évoluée. Les auteur-e-s des propos sur le Net, en France comme ailleurs dans le monde, estimant qu’il faudrait, je cite, « terminer le travail », doivent être poursuivi-e-s en justice. Face à ce silence, c’est à nous alors de penser à celles et ceux, que nous ne connaissions pas certes, mais qui n’ont rien de bien différent de nous toutes et tous, chacune et chacun réuni-e-s ici ce soir. C’est à nous à continuer à les faire vivre, en les incluant, dans la grande histoire des personnes LGBTQI et de leurs alliée-e-s.

A chaque fois qu’une lesbienne est violée dans un crime que ces auteurs osent appeler de correctif, à chaque fois qu’une personne trans se voit refuser un travail de par son identité de genre, jugée non conforme, à chaque fois qu’un couple de garçons est insulté dans la rue parce qu’ils se tiennent la main, à chaque fois qu’un-e adolescent-e est rejeté-e de son foyer familial parce que ses parents ont découvert son homosexualité, à chaque fois qu’un homme politique appelle à la chasse aux homosexuel-le-s, c’est notre communauté toute entière qui est touchée. Et non, ce n’est pas du lyrisme, c’est chacun-e d’entre nous. Oui, car nous sommes nous aussi victimes déjà, ou potentielles, de la haine que suscite encore les membres de notre communauté.

Nous sommes membres d’une communauté de destins. La communauté LGBTQI et celles et ceux qui les respectent et les aiment a subi les pires atrocités. Le massacre d’Orlando n’est pas le premier crime de masse contre notre communauté, et, même si j’en suis désolé, pas le dernier. La déportation des homosexuel-le-s, l’appel aux meurtres par le Ku Kux Klan, le refus de l’égalité des droits, l’immobilisme de l’état pendant les pires années de l’épidémie de Sida, sont autant de pierres, bien sombres, posées sur le chemin de nos mémoires.

A Polychromes, notre combat pour une meilleure acceptation, pour un respect réel des orientations sexuelles et des identités de genre, passe par la culture, par toutes les cultures LGBT. Dans ces heures si sombres, nous devons en être fièr-e-s. Nous devons porter haut les couleurs de notre arc-en-ciel. Nous devons chanter encore plus fort, montrer et monter encore plus de spectacles, diffuser encore plus de cinématographies. Nos histoires doivent vivre car elles sont la preuve irréfutable, poétique ou politique, comique ou triste, de nos existences.

Et nous devons, par la force de l’entraide, de l’écoute des un-e-s et des autres, par le respect de nos différences, rappeler à ceux qui nous refusent la pleine égalité de nos droits, qui nous insultent, nous humilient et voudraient nous voir caché-e-s ou mort-e-s ceci :

Vos placards sont trop petits pour tous nos grands et beaux désirs, nous n’y retournerons pas !

Vos placards sont trop sombres pour accueillir la pleine et aveuglante lumière de nos amours, nous n’y retournerons pas !

Vos placards sont bien trop étroits pour accueillir toutes celles et ceux qui nous respectent, nous n’y retournerons pas !

Vos placards sont trop exigus pour nos fiertés fortes et contagieuses, nous n’y retournerons pas !

 

 

 

                                                                                              Thomas Cepitelli

 

*Discours prononcé à l’occasion du concert de la Chorale le vendredi 20 juin 2016

 

POLYAPERO

LE POLYAPERO DE POLYCHROMES

LE 4e JEUDI DE CHAQUE MOIS

 

Jeudi 28 juillet à

L'EDEN

69, quai des Etats-Unis (Nice) à partir de 19h00

Concert Chorale

Vendredi 17 Juin à 20H00

affiche2016 

LA CHORALE DE POLYCHROMES DONNERA SON CONCERT DE FIN DE SAISON CENTRE CULTUREL DE LA ROVIDENCE, Rue Saint AUGUSTIN, Vieux Nice 

Venez Nombreux

 

Poly Tweets

ROM - Agence internet - Nice